Le controle des pouvoirs publics dans la défiscalisation

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Votre voix compte

En général, toutes les activités que vous exercez sont soumises à des prélèvements pour le compte de l’Etat du fait de la question de la territorialité. Cependant, si elles ne sont pas soumises aux règles de cet Etat, elles seront soumises à celles de votre pays. Ainsi, les taux qui sont appliqués sur les revenus, quelle que soit leur provenance, sont différents d’un pays à un autre car tout dépend de la politique fiscale que ce dernier met en place. C’est pourquoi le pouvoir public doit aussi s’ingérer dans la prise de décision portant sur la réforme effectuée par les membres de l’Etat. Parce que c’est vous qui subissez en fin de compte car le gouvernement ne voit que ses fins du mois c’est-à-dire les charges auxquelles il doit faire face. Entre autres, ces décisions doivent aussi vous permettre d’exercer librement vos activités mais aussi favoriser le climat d’affaire afin de vous permettre d’évoluer tranquillement dans votre secteur d’activité. En outre, vous avez aussi besoin du soutien de la part de l’Etat afin d’acquérir des immobilisations qui demandent de gros investissements.

Protégez vos intérêts

Tout ce que vous faites certes n’est toujours pas pour vous-même mais aussi pour votre progéniture et votre entourage. C’est pourquoi vous finissez toujours à réinvestir les fruits de vos placements dans des activités immobilières et autres. C’est dans cette optique qu’avaient réagi Gérard Bekerman et les adhérents de l’Association Française d’Epargne et de Retraite (AFER) à l’annonce de la nouvelle réforme qui soumet tous les contrats d’assurance-vie, quelle que soit la date de conclusion, à un taux unique de 15,5%. Au fait, selon le président, l’Etat cherche à grignoter une fois de plus sur les intérêts qui vous sont versés. Heureusement que la réaction de chacun d’entre vous qu’elle soit collective ou individuelle, a vite attiré l’attention des « sages » qui ont agi avec beaucoup de perspicacité en annulant ce projet de loi.

Lire également : Pompes funèbres : quelques conseils si vous êtes à Lyon

Partager.