Quels sont les différents types de troubles alimentaires ?

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

ATT : Troubles alimentaires

Cet article est entièrement consacré à l’ATT : troubles de l’alimentation.

Qu’est-ce qu’un ITA ? Comment savoir si vous avez du TCA ? Quels sont les différents types de TCA  ?

A lire aussi : Conseils pour bien choisir sa piscine extérieure

Pour mieux comprendre les troubles de l’alimentation, comment les diagnostiquer, dans cet article, nous examinerons ensemble leur classification, leurs critères, et vous donnerons mon avis sur l’importance (ou non) de cette classification.

Qu’est-ce qu’un ITA ?

Le mot TCA est l’acronyme du mot trouble de l’alimentation. Nous pourrions définir cela comme

A découvrir également : Comment organiser les affaires de ses enfants ?

une dérégulation comportementale Si la nourriture est source de stress, de pression, si votre estime de soi est contaminée, si votre poids est une source de souffrance, il peut être intéressant pour vous de lire cet article.

En termes de chiffres, la TCA dite « majoritaire » toucherait 10 % de la population. Ce chiffre peut aller jusqu’à 20% si nous incluons tous les ATT et, par conséquent, tous les liens avec le régime problématique.

Chez les jeunes âgés de 15 à 24 ans, l’ATC est la deuxième cause de décès, après les accidents de la circulation.

Personnellement, j’ai souffert de TCA (boulimie non vomitive) et d’ATC non spécifique (orthorexie, compulsions et obsession alimentaire depuis de nombreuses années). En conséquence, c’est un sujet qui me tient à cœur, car ce sont des maladies et des troubles mal compris et mal accompagnés. Aujourd’hui, je suis en mesure de soutenir ATT,

Classements TCA

ATC sont détaillés et définis par différentes classifications officielles des troubles psychologiques. Ces classifications sont créées grâce à des recherches et validées.

Les Aujourd’hui, lorsqu’il s’agit de troubles psychologiques, nous reconnaissons deux classifications :

  • DSM V : le manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux. Il s’agit de la cinquième version, elle date de 2015.
  • CIM-10 : La Classification internationale des maladies est une classification médicale codifiée.

Ce sont les différents types de TCA que l’on peut trouver. Il s’agit toujours d’une classification, c’est-à-dire qu’il est possible d’être à la frontière entre plusieurs TCA. C’est un continuum. En conséquence, vous risquez de subir une phase d’anorexie mentale puis de boulimie. Ou l’hyperphagie puis la boulimie. (Presque) tout est possible ; cette classification n’est pas une règle et ne remplace pas ce que vous vivez au quotidien. Dans cet article, je m’appuie sur la classification DSM V TCA.

L’anorexie mentale ou l’anorexie mentale

L’anorexie mentale ou l’anorexie mentale est sans aucun doute l’ATC le plus « connu ».

C’est une anorexie mentale ou nerveuse bien spécifiée. L’anorexie « en bref » signifie un manque d’appétit ; c’est une conséquence d’autres maladies (par exemple, une conséquence de la chimiothérapie pour le cancer).

L’anorexie peut être définie comme une restriction alimentaire pour contrôler ou perdre du poids.

Elle est associée à une dysmorphobie, une peur intense de grossir, et selon les critères officiels, l’IMC est inférieur à 17,5.

On distingue deux sous-types avec l’anorexie mentale :

l’

  • anorexie boulimique
  • restrictive
  •  : il existe également des compulsions et des comportements de purge au cours des 3 derniers mois

    C’est

Boulimie mentale

boulimie mentale est basée sur un comportement :

  • les compulsions : c’est-à-dire l’acte de ingérer de grandes quantités dans un laps de temps assez court avec un sentiment de perte de contrôle. Dans les critères officiels, ces compulsions sont effectuées au moins une fois par semaine pendant 3
  • mois

  • est associée à une perturbation de l’image corporelle, une mauvaise estime de soi.
  • et surtout : on observe la présence de comportements compensatoires (pour « atteindre » les compulsions) : soit par des vomissements – on parle de boulimie vomitive – prise de laxatifs, hyperactivité, jeûne ou sport. Le critère officiel indique que le phénomène compensatoire « doit » avoir lieu au moins une fois par semaine au cours des 3 derniers mois.

La

La suralimentation

Jusqu’à récemment, l’hyperphagie était considérée comme un trouble alimentaire non spécifique. Et pourtant, ce serait très courant !

En anglais, nous parlons de la » frénésie ».

L’

alimentation compulsive est le fait d’avoir des compulsions, comme la boulimie mentale, mais sans phénomènes compensatoires.

Les

critères officiels de suralimentation sont les suivants :

  • compulsions au moins une fois par semaine pendant 3 semaines au cours
  • de

  • ces compulsions, la personne observe au moins 3 de ces sentiments :
  1. manger rapidement
  2. se sentir mal à l’aise
  3. manger de grandes quantités sans avoir faim
  4. manger

  5. seul
  6. et ressentir du dégoût, de la dépression ou de la culpabilité à cause de leur compulsion.

En raison de l’ingestion importante de nourriture, ce trouble de l’alimentation se manifeste par une prise de poids qui, dans une société de graisse phobique, accentue les sentiments de culpabilité et de dégoût.

PICA et Mercy et ARFID

PICA, le merycisme et l’ARFID sont un peu moins connus et rares ; cependant, je trouve important de les mentionner car ce sont probablement les ACT les plus tabous.

PICA

Le mot pica vient du mot latin qui désigne la pie (oiseau). En fait, la pie est célèbre pour manger des choses non comestibles. Une personne qui souffre de PICA mange des aliments non comestibles. Pour que ce comportement réponde aux critères du PCI, le régime alimentaire est considéré comme inapproprié pour le stade de développement de l’individu et ne fait pas partie des normes culturelles ou sociales

. La

miséricorde

est l’observation de régurgitations répétées de nourriture. En fait, le myéricisme est souvent associé à l’anorexie ou à la boulimie, et peut être lié à la peur de manger. Ici, la nourriture n’est pas complètement consommée.

ARFID

ARFID est synonyme de trouble de l’apport alimentaire évitant et restrictif. En d’autres termes : le trouble de l’évitement et de la restriction de l’apport alimentaire. Cela se manifeste en raison d’un manque d’intérêt pour l’alimentation ou d’un manque d’intérêt pour la nourriture.

En association avec cette interruption, on peut observer :

  • Perte de poids importante
  • Carence nutritionnelle importante Dépendance
  • à l’

  • alimentation entérale ou aux suppléments nutritionnels oraux
  • Dysfonctionnement psychosocial

Chez les jeunes enfants, ce TTA se retrouve souvent dans les par exemple. Pour plus d’informations, vous pouvez en savoir plus sur ce site (www.oralie-alimentaire.fr, par exemple.

Autre TCA spécifique : OSFED

OSFED est un acronyme de Autres troubles alimentaires ou alimentaires spécifiques.

Il s’agit de troubles de l’alimentation qui ne répondent pas à tous les critères TCA mentionnés ci-dessus.

Nous avons trouvé ainsi :

  • anorexie atypique : lorsque tous les critères sont remplis sauf l’IMC qui n’est pas inférieur à 17,5 boulimique atypique
  •  

  • : tous les critères sauf que les compulsions et/ou les comportements compensatoires sont moins fréquents qu’une fois par semaine ou sont présents pendant moins de 3 mois.
  • hyperphagie atypique : tous les critères sauf que les compulsions sont moins fréquentes qu’une fois par semaine ou sont présentes depuis moins de 3 mois
  • troubles de purge : lorsqu’il y a purge par vomissements ou utilisation de laxatifs, mais pas de compulsions ou de restrictions associées au
  • syndrome de l’alimentation nocturne : manger après le réveille. le soir ou manger une grande quantité de nourriture après le dîner.

Autres ATT non spécifiques

Cette catégorie, à mon avis, est celle qui inquiète le plus les gens. À Souvent, lorsque je parle de problèmes alimentaires, je fais référence à cette catégorie.

Par conséquent, nous pouvons observer des personnes qui présentent des symptômes de dérégulation du comportement alimentaire, mais qui ne répondent pas à tous les critères diagnostiques. Cependant, les symptômes sont invalidants pour la personne, que ce soit physiquement, socialement, émotionnellement ou psychologiquement.

Par conséquent, et c’est ma propre interprétation, j’inclus : l’

  • orthorexie – l’obsession d’une alimentation saine. Il existe un fort contrôle des aliments, avec la peur de certains aliments, pour maintenir ou améliorer la santé.
  • tous les problèmes d’alimentation : avoir de « petites » compulsions, des pensées de retenue, de culpabilité. Pensez aux aliments tout au long de la journée et anticipez votre apport alimentaire.

Par conséquent, la liste des troubles de l’alimentation est longue et touche donc de nombreuses personnes.

Si certains troubles parler ou vous interroger, ne restez pas seul dans vos questions et n’hésitez pas à parler à un professionnel formé dans ce domaine.

L’objectif n’est pas de répondre à tous les critères, loin de là ! Si vous rencontrez l’un de ces « critères » observés, il est tout à fait légitime de demander de l’aide pour votre comportement alimentaire. Sérieusement.

Je souhaite que vous retrouviez le chemin d’un régime serein, de tout cœur.

Je te promets qu’il est possible de s’échapper

Partager.