CAC40 : les tendances à venir

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Depuis la réunion boursière du 15 août, les actions de la CAC 40 sont dans une dynamique haussière, allant des poids lourds (LVMH, L’Oréal, Total, Sanofi…) à des valeurs bêta élevées et fortement sous pression ces derniers mois comme les titres Renault et Arcelor pour exemple.

Mais la hausse de l’indice parisien est également basée sur des valeurs défensives, avec l’aspect le plus évident du « refuge », comme Pernod-Ricard, qui a annoncé des améliorations cette semaine, et surtout un programme de rachat d’actions qui plaira certainement aux actionnaires. Il convient de noter que l’effet de Pernod-Ricard sera inscrit nouveau plus haut historique.

A voir aussi : Trouvez le meilleur organisme ou banque de crédit en ligne

C’ est précisément le paradoxe actuel des indices boursiers, généralement dans la tendance à la hausse depuis le début de l’année et qui coexistent la hausse des titres très cycliques et défensifspour voir.

Au début de l’année, il existe de nombreux domaines de préoccupation fondamentale pour les marchés financiers, une combinaison de risques et de faits négatifs qui soulève une question pour les analystes financiers : Pourquoi la tendance de l’indice boursier ne décline pas en termes de réalité macroéconomique et géopolitique ? ???

Lire également : Comment réaliser un rachat de crédit avec trésorerie ?

Considérons l’indice CAC 40 ici comme notre proxy pour représenter le marché boursier. L’évolution de l’indice de Paris depuis début 2019 dépasse 13%, la majeure partie de l’augmentation ayant eu lieu au cours des quatre premiers mois de l’année. Depuis la « vente en mai et disparaît », le prix CAC 40 construit une séquence de marché sans tendance, dans une fourchette entre le gros médium à 5200 points et la grande résistance à 5600 points. (moyenne de l’année la plus élevée depuis 2017).

CAC 40 — Graphique journalier, source TradingView

Les actions des domaines d’activité maintiennent le choc à chaque fois que le prix CAC 40 teste les 5200 points. Lors de la reprise du 15 août, par exemple, c’est l’action TOTAL qui a également fourni un solide soutien technique avec 43 euros. Je peux également citer l’exemple de la récente reprise vigoureuse de l’action Arcelor ou du titre Renault 50 euro.

Alors que la CAC 40 a augmenté de 13 % depuis le début de l’année, elle n’a pas gagné de capital, avec un volume moyen de négociation faible, et surtout, la part des actions dans l’administration conventionnelle a été la plus faible depuis 10 ans, presque au niveau du marché du crédit. En effet, ce déplacement de capitaux ne présage pas de bon augure.

Le capital, qui a laissé les classes d’actifs d’actions, est allé à deux marchés : le marché du crédit (obligations) et le marché des liquidités. Les fonds spéculatifs sont égalementmarchés alternatifs sur les contrats futurs sur l’once d’or ouvert, avec une forte augmentation du volume institutionnel au cours des derniers mois.

L’ once d’or gagne 20% depuis le début de l’année, l’accord d’intérêt allemand (Bund) 10%, en termes de performance et de volume, de sorte que le capital va aux « valeurs refuge ». Le risque sous-jacent est présent sur les marchés financiers cette année, sans les banques centrales, les marchés boursiers auraient été attribués comme au dernier trimestre de 2018.

Performance comparative de CAC 40, GOLD ET BUNDRAT CONTRACT depuis le 1er JANVIER

Partager.