Baromètre EffiCity de l’immobilier, octobre 2013 : La baisse des prix pourrait ne pas bénéficier aux acquéreurs

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

A Paris, le prix moyen du M2 s’élève à 8.274 euros au 1er octobre 2013. Ainsi, les prix augmentent légèrement (0,29% en trois mois) dans la capitale alors qu’ils faiblissent en région parisienne (-0,44% en trois mois) à 2.898 euros.

 

Les prix à Paris et en Ile-de-France

A découvrir également : Budget d’entreprise : les avantages de la location d’un chapiteau industriel

Les prix se maintiennent donc à Paris. Par rapport à octobre 2012, le mètre carré s’y négocie 100 euros moins cher (-1,19%). Conséquence : d’une part les prévisions de l’ensemble des spécialistes qui pronostiquaient une baisse sur un an de l’ordre de 5% et d’autre part la volonté du gouvernement de faire baisser les prix de l’immobilier de manière sensible se retrouvent tous deux déjoués.

Cependant, une tendance est incontestable : les investisseurs sont en train de quitter le marché. Des rentabilités locatives faibles, une fiscalité illisible sur la durée, un discours dramatique envers les propriétaires et des réformes auxquelles personne ne croit en sont les causes.

A lire en complément : Un bon artisan est un artisan bien équipé !

Ce sont donc les résidents qui portent le marché, soit des acteurs qui n’achètent ou ne vendent, par définition, que par nécessité. Par conséquent les volumes se maintiennent à un niveau bas mais ne reculent plus.

 

Dans le reste de la région parisienne, les Hauts-de-Seine (92) et le Val de Marne (94) poursuivent leur course en tête. En plus d’être, Paris mise à part, les deux départements les plus chers d’Ile de France, ce sont également ceux où les prix se maintiennent le mieux sur le trimestre écoulé (+1,2% dans le 92 et + 0,33% dans le 94 sur 3 mois).

Quant aux Yvelines, à l’Essonne, à la Seine-et-Marne et au Val d’Oise ils enregistrent des baisses de prix légèrement supérieures aux 1% sur les 3 derniers mois (respectivement -1,23%, -1,12%, -1,40% et -1,03%). Le rapport offre/demande moins tendu que dans les départements limitrophes de Paris invite les propriétaires à plus de souplesse dans la négociation de leur prix de vente, ce qui, pour certaines communes, débloque le marché.

Les prix du mètre carré reculent de 21€ (-0,5%) dans le Val de Marne, 54€ (-1,7%) en Seine-Saint-Denis et 113€ (-2%) dans les Hauts-de-Seine en comparaison avec leur niveau d’octobre 2012. A titre d’exemple, sur un appartement de 50 m², le gain s’élève respectivement à 1.050€, 2.700€ et 5.650€.

 

L’analyse du marché

Les premières hausses de taux apparaissent même si les banques constituent de distribuer du crédit à des taux plus que raisonnables. Le pouvoir d’achat immobilier se verrait dégradé si ces hausses devaient se poursuivre. Rappelons qu’une hausse du taux d’un crédit immobilier de 1% est équivalente à une hausse du prix de l’immobilier de 8%.

Or, il se trouve les prix de l’immobilier francilien n’ont quasiment pas évolué depuis octobre 2012. A Paris, toujours pour l’achat d’un appartement de 50 m², le prix moyen n’aura finalement baissé « que de » 5.000 euros en un an, ce qui est peu.

C’est pourquoi la baisse des prix prévue pourrait, dans un premier temps en tout cas, ne pas être bénéfique au pouvoir d’achat des acquéreurs…

 

A propos d’EffiCity

EffiCity est le réseau d’agences immobilières à commission réduite (à partir de 1%) s’appuyant sur les nouvelles technologies (carte des prix immeuble par immeuble, estimation immobilière on-line…). Notre estimateur permet une estimation gratuite et à jour d’un bien immobilier partout en France.

Contacts EffiCity

Kenza Tazi – 01 76 70 39 85 – relationspresse@efficity.com

Partager.