Comment améliorer les conditions de travail en entreprise ?

0

Les conditions de travail en entreprise sont un enjeu de taille car elles impliquent le bien-être des salariés et, par extension, leur productivité. En effet, il a été prouvé maintes fois que plus un salarié est heureux sur son lieu professionnel, plus son travail est efficace, et inversement. Ainsi, 10% à 25% de l’efficacité d’un salarié est directement lié à son bien-être ! Motivation, énergie, reconnaissance…tous ces mots sont clairement liés au bien-être en entreprise. Etudions-les plus en détails.

Comprendre l’attente des salariés

L’une des premières choses à prendre en compte pour garantir de bonnes conditions de travail, c’est l’écoute de ses salariés. En effet, répondre à leurs besoins personnels et professionnels s’inscrit dans une démarche à la fois d’empathie et de compassion. En effet, certaines enseignes proposent même des plateformes d’écoute à l’aide de psychologues professionnels pour écouter les salariés qui pourraient rencontrer des difficultés d’ordre personnel ou professionnel.

Mais, sans aller jusque-là, porter une oreille attentive aux besoins des salariés via des sondages ou des courts entretiens réguliers permet de cerner les éventuels manques, les améliorations à apporter aux conditions de travail et ce qui peut être mis en œuvre pour améliorer le bien-être salarial.

Une bonne communication interne

Cela peut sembler évident, et pourtant cela n’est pas appliqué dans toutes les structures : une bonne communication entre salariés et au sein de la hiérarchie est l’une des clés de voutes de la réussite d’une société. En effet, en termes de bien-être, plus le salarié communiquera (personnellement et professionnellement) avec ses semblables, plus il se sentira présent, voire important dans l’entreprise.

Conseil Stratégie Digitale

Par ailleurs, être au courant des projets, difficultés, chiffres et actions à venir de l’entreprise donne au salarié le sentiment d’appartenance à la structure. Si au contraire rien n’est communiqué, le salarié peut se sentir mis à l’écart ou ne pas comprendre l’utilité finale de ses tâches et, en conséquence, les exécuter de manière beaucoup moins productive et motivée. Par ailleurs, la communication permet de bien comprendre les directives, et éviter ainsi les tâches inutiles ou les erreurs parfois fatales à l’entreprise, et donc, en termes de bien-être, éviter le sentiment de culpabilité pour le salarié.

La culture du tutoiement (pour les entreprises françaises notamment) représente également un bon outil de communication en “faisant sauter” certaines barrières sans empêcher le respect mutuel lors des échanges entre salariés.

Les activités d’intégration

Que l’on soit nouvelle recrue dans la société ou là-bas depuis plusieurs années, les activités extra-professionnelles sont toujours les bienvenues. Elles permettent aux salariés de se fréquenter dans un cadre hors-professionnel afin de, par exemple mieux se connaître sans toutefois aborder le chiffre d’affaires de l’entreprise ou les clients à rappeler !

Pour les nouveaux arrivants, un accueil chaleureux donne tout de suite une bonne impression en termes de bien-être et de conditions de travail. Petit déjeuner d’entreprise, repas au restaurant, activités sportives…nombreuses sont les activités que peut organiser un employeur pour permettre à ses salariés un moment détente et propice à la communication.

La question de la rémunération

Soyons honnêtes : le travail n’est pas du bénévolat. Il donne lieu à une rémunération qui doit être en accord avec les compétences, l’efficacité, l’ancienneté, les tâches et l’implication du salarié dans l’entreprise. Si la question de l’argent reste un sujet tabou dans nos cultures, celle de la rémunération doit l’être le moins possible. En d’autres termes, un salarié ne doit pas se sentir coupable de souhaiter demander une augmentation à son employeur si celle-ci est méritée (accomplissement d’un gros projet, ancienneté dans l’entreprise…).

Par ailleurs, l’employeur peut mettre en place un système de primes pour motiver ses salariés à travers par exemple des petits challenges : terminer tel projet dans tel temps imparti, ramener un certain nombre de clients (pour les salariés exerçant en tant que commerciaux…) etc.

La reconnaissance

Sans tomber dans l’excès, un salarié reconnu verbalement et financièrement pour son implication et son rôle dans l’entreprise se sentira valorisé et donc plus important au sein de sa structure. Les prises d’initiatives doivent donc être encouragées, les erreurs expliquées avec tact et les accomplissements professionnels récompensés, que cela soit par une remarque agréable ou une somme versée par l’employeur en récompense du travail accompli.

Ainsi, le salarié verra que son travail est mis en avant et sera incité à travailler tout aussi bien, voire mieux en prenant de nouvelles initiatives pour faire progresser son entreprise.

Le cadre de travail

Enfin, un autre point que nous n’avons pas abordé et qui compte tout autant que les autres est le cadre de travail. En effet, pouvoir exercer une activité professionnelle dans des conditions agréables s’inscrit clairement dans de bonnes conditions de travail. Citons par exemple un bureau : est-il bien éclairé par la lumière du jour ? Est-il bien isolé thermiquement et acoustiquement ? Y a-t-il des décorations comme des tableaux, des plantes…? Est-il suffisamment spacieux pour accueillir le nombre adéquat de salariés? Le matériel est-il performant ? Les locaux sont-ils nettoyés régulièrement?

Human hands working on laptop on office background

Autant de considérations à prendre en compte car l’on passe généralement 35 heures par semaine au même endroit, alors ce dernier se doit d’être confortable ! Enfin, outre le bien-être du salarié, un bon cadre de travail permettra de limiter les arrêts maladies (ex: bonne isolation pour empêcher le froid en hiver, chaises confortables pour le dos…) et de réduire la pénibilité au travail. En bref, un bon cadre de travail entretien la motivation au quotidien.

Des espaces de détente peuvent également être mis en œuvre pour les pauses avec des canapés, des distributeurs de friandises, machines à café…et pourquoi pas de quoi se distraire comme un baby-foot ou une console de jeux? Certaines sociétés proposent quant à elles des cabines de relaxation afin de “faire le vide” par sessions de 20 minutes pour repartir travailler de façon efficace, dynamique et motivée.

Share.

Comments are closed.

Powered by themekiller.com