Compte-titres ordinaire : avantages et inconvénients

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Différent du PEA, le compte-titres est un compte bancaire très particulier. En effet, les titulaires d’un tel compte peuvent acheter des actions ainsi que d’autres titres financiers (obligation, OPCVM, warrants, contrats à terme, etc.). Il s’agit en réalité d’une enveloppe fiscale qui rend possibles des investissements variés. Mais malgré ses atouts, elle présente quelques risques. Zoom sur les avantages et les inconvénients des comptes-titres ordinaires.

Les avantages des comptes-titres ordinaires

Au nombre des avantages du compte-titres ordinaire, on a :

A découvrir également : Le casino Ma Chance fait ses débuts

Un compte accessible aux particuliers

Premier avantage du compte-titres ordinaire, son accessibilité. Un compte-titres peut être ouvert par toute personne : mineure ou majeure. De plus, à l’opposé du PEA et du PEA-PME, vous pouvez ouvrir plusieurs comptes-titres dans différentes institutions financières ; notamment chez les courtiers en ligne. Les personnes désireuses peuvent l’ouvrir en compte individuel ou en compte joint. Mais avant, on vous recommande de procéder à un comparatif des comptes titres.

La liberté du choix d’actions

Le compte-titres offre un large univers d’investissement sans imposer de restrictions concernant le choix des actions. Les valeurs accessibles avec cette enveloppe sont plus importantes qu’avec un PEA. Vous pourrez détenir des titres dans toutes les zones géographiques contrairement au PEA qui se limite à la zone européenne. En clair, les détenteurs de comptes-titres peuvent acheter des parts sur les marchés américains, indiens, japonais, etc.

Lire également : Quel est le mode de fonctionnement de la blockchain ?

Une variété d’OPCVM, d’EFT et un accès au SRD

Avec un compte-titres, les titulaires disposent d’un accès privilégié aux titres des organismes de placement collectif en valeurs mobilières (OPCVM), mais aussi à ceux des fonds négociés en bourse (EFT).

Hormis cela, le compte-titres permet l’utilisation de diverses techniques de gestion comme la vente à découvert afin de bénéficier d’une baisse d’action. Mais plus intéressant encore, l’effet de levier. Ce denier va permettre l’amplification des variations d’un titre éligible au Système de Règlement Différé (SRD).

La possibilité d’investir dans des produits dérivés

Grâce à leur compte-titres ordinaires, les titulaires peuvent se servir de « futures » ou options « put » afin de se protéger d’une éventuelle baisse des marchés ou pour produire un rendement supplémentaire en liquidant des « call ». Les investisseurs peu expérimentés auront, eux, la possibilité d’opter pour des titres plus faciles comme les « Leverages » ou les « turbos ».

Comptes-titres ordinaires : inconvénients et risques

Les comptes-titres ordinaires comptent, malgré leurs nombreux atouts, quelques risques et désavantages. Voici les plus importants.

La fiscalité et la clôture du compte

Avec un compte-titres ordinaire, chaque dividende perçu est taxable à dater de l’année d’encaissement. Il est donc impossible de réinvestir l’entièreté des gains vu qu’une partie sera prélevée chaque année par les taxes.

À propos de la clôture du compte titre, comprenez qu’en cas de liquidation des valeurs restantes par la banque, celle-ci facturera des frais supplémentaires. Il importe donc de vendre toutes les valeurs que vous détenez à la clôture du compte-titres.

Les risques financiers élevés

L’investissement sur un compte-titres peut s’avérer risqué selon les supports d’investissement choisis et les opérations effectuées. Les pertes peuvent être très lourdes. On vous conseille donc de vous faire accompagner par un expert en investissement.

L’assujettissement aux prélèvements sociaux

Mis à part les taxes, les bénéfices réalisés au cours des ventes de valeurs mobilières sont soumis aux prélèvements sociaux à un taux de 17,2 % (9,9 % pour la Contribution Sociale Généralisée (CSG) ; 0,5 % pour la Contribution pour le Remboursement de la Dette Sociale (CRDS) ; 5,4 % de prélèvement social ; 1,1 % de contribution additionnelle ; 0,3 % de contribution de solidarité pour l’économie).

Partager.