Course à pied : que sont devenus les joggeurs du confinement ?

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

L’année 2020 et l’année 2021 ont un point commun. En effet, durant ces deux années la pandémie mondiale de Covid-19 a lourdement frappé la France, mais également tous les autres pays du monde. Résultat : des mesures gouvernementales visant à assurer la protection des Français face à la maladie et à initier le ralentissement du développement rapide du virus ont été mises en place. Ces mesures se sont traduites par des couvre-feux et des confinements. Les Français, pas le peuple le plus assidu face à ces restrictions, ont développé la grande mode du jogging en période de crise sanitaire.

La folie du jogging pendant le confinement

En effet, le confinement comportait tout de même un point grâce auquel il était possible de se rendre dehors et de profiter quelque peu de la vie en extérieur. Il s’agit de l’activité sportive. Il était, en effet, autorisé de sortir de chez soi afin de pratiquer une activité physique. Ainsi, pendant le confinement, la course à pied est devenue en peu de temps le sport national. Les activités collectives étant interdites, la course à pied était le remède pour les personnes sportives, mais également des personnes n’appréciant pas d’être enfermés, dans le but de pouvoir sortir de chez soi.

A lire aussi : Le luxe du camping

C’est notamment dans la capitale, à Paris, que la folie de la course à pied a pu être remarquée. En effet, n’importe qui pouvait alors s’improviser joggeur, et à une certaine période du confinement, les rues de la capitale ont vu de nombreux citoyens courir. Cette activité physique a particulièrement permis aux marques spécialisées dans la course à pied de réaliser un bond commercial, comme c’est le cas, par exemple, de la marque de sport Asics.

Pourquoi la course à pied a autant été pratiquée durant le confinement ?

La véritable explosion de la course à pied pendant le confinement et le couvre-feu s’explique par plusieurs facteurs. Tout d’abord, les activités physiques collectives étant interdites, le jogging permettait de pratiquer du sport sans avoir de contact avec les autres habitants. D’après une étude, les sports de course sont des sports très bons pour la santé mentale, élément clé de la crise sanitaire mondiale ainsi que du confinement, mais également pour le corps.

Lire également : Quelles sont les 10 raisons de se rendre aux USA ?

Cependant, quelques doutes existaient à l’époque sur la véritable intention des Français concernant la course à pied. S’agissait-il d’un vrai développement de cette passion, ou bien uniquement d’un moyen assez simple de contourner habilement les restrictions sanitaires ?

© idealo.fr

Les Français ont-ils continué à courir ?

Il est donc assez logique de se demander, une bonne année plus tard, si les Français ont continué d’effectuer de la course à pied. Les séquelles du coronavirus étant encore présentes (gros pic d’épidémie, notamment au début de l’année 2022), il est assez compliqué de bien prendre du recul sur le développement ou non de ce phénomène. Ce qui est sûr en tout cas, c’est que les coureurs du confinement ont marqué de leur empreinte cette période très compliquée pour tous.

Oui, la course à pied s’est développée…

Pour commencer, oui la course à pied a continué d’exister après le confinement et les restrictions gouvernementales. Si l’on a l’impression que beaucoup moins de personnes effectuent cette activité, c’est tout simplement parce que la vie reprend son cours au fur et à mesure, et qu’il devient plus difficile de constater les choses. Cependant, si vous faites bien attention autour de vous, vous remarquerez beaucoup de personnes en train de courir, quand la température extérieure n’est pas trop élevée.

La course à pied s’est également développée dans d’autres domaines. Par exemple, les salles de sport constatent que davantage de personnes effectuent de la course au tapis. Les marques d’équipements de course ont, elles aussi, vu leur vente de chaussures running augmentées.

…Mais, pas autant que pendant la crise du coronavirus

En revanche, il est tout de même important de mettre en parallèle cette hausse de la pratique de la course à pied avec le fait que beaucoup de personnes ont arrêté de courir. Peut-être que cela est dû à la reprise de la vie de chacun, qui ne permet sans doute pas d’avoir autant de temps pour la course à pied que durant le confinement. Ce qui est certain, c’est que certaines personnes ont un peu « surfé » sur la mode de la course à pied à cette période-là.

Partager.