Des vandales s’attaquent à une boucherie à Brest

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

C’est en pleine nuit qu’une boucherie a reçu la visite de vandales. Le propriétaire de l’établissement n’a pu que constater les dégâts à son arrivée dans son lieu de travail. La façade de la boucherie a été recouverte d’un colorant d’une grande ténacité.

Le propriétaire s’étonne devant l’image de son établissement

Le propriétaire de la boucherie qui porte le nom de Jean-François Denise, a vu le spectacle en se rendant à son lieu de travail le matin. Désolé, le boucher charcutier a tenu à préciser que de nos jours, tout le monde veut faire sa petite loi. En faisant ces actes, ils ne pensent même pas aux personnes qui en souffrent.

C’est un colorant rouge difficile à enlever qui a été utilisé par les vandales pour en recouvrir le store en tissu et la façade de la boucherie. Il a été fait appel à un artisan qui a fait de son mieux pour effacer les taches qui ont été infligées par des personnes inconnues. Même ce qui a conduit à un acte pareil n’était pas connu.

Le boucher a vécu une attaque similaire le mois précédent

Ce n’est pas la première fois que le boucher charcutier et traiteur à La Ciotat a vécu ce type d’affront. Le mois précédent, un pavé a brisé la vitre de son commerce. Il avait déposé une plainte qui avait fait venir les policiers à l’adresse de sa boucherie. Le pavé qui avait servi à briser la vitre a été emporté comme pièce à conviction.

D’autres boucheries avaient subi des faits pareils qui ont été attribués aux militants antispécistes. Au lieu de s’attarder sur cet acte, Jean-François Denise a essayé d’éliminer le maximum de traces pour recevoir dans de meilleures conditions ses premiers clients. Le mois précédent, deux autres boucheries à Brest ont reçu la visite de ces vandales.

Un débat organisé après le saccage des boucheries

Les boucheries résidant à Brest ont participé à un débat à la suite des saccages de leurs établissements par des vandales. La boucherie Meat Couture, ainsi que les représentants de la chambre des métiers et du syndicat des bouchers du Finistère, ont aussi fait le déplacement dans le but d’exprimer leur solidarité aux boucheries qui ont eu à subir ces saccages.
Des discussions ont même été entamées par les deux parties via les réseaux sociaux, mais une entente n’a toujours pas été trouvée.

Les militants antispécistes, qui sont réunis au sein de groupes appelés Végans, ont l’habitude de saboter les commerces des personnes qui s’activent dans le commerce de la viande. Ces derniers ont organisé des réunions, mais il n’est pas encore trouvé de pistes de solution.

Partager.