Est-ce que la cigarette électronique est dangereuse pour les poumons ?

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

À l’époque du lancement des e-cigarettes, il existait peu de preuves scientifiques de leur sécurité et de leurs risques pour la santé, et le vapotage est devenu une version moderne et « saine » du tabagisme. Cependant, est-ce que la cigarette électronique est vraiment saine ?

Les produits chimiques que vous inhalez lorsque vous fumez

 

A lire également : Quels œufs peut-on manger ?

Le vapotage enrobe les poumons de produits chimiques potentiellement dangereux. Les concoctions d’e-liquide comprennent généralement un mélange d’arômes, d’additifs aromatiques et de nicotine ou de THC (la substance chimique contenue dans la marijuana qui provoque des effets psychologiques), dissous dans une base liquide huileuse.

Une des substances au centre du problème est la vitamine E. Elle est souvent utilisée comme épaississant et agent de diffusion dans les e-liquides. Et, bien qu’elle soit sans danger lorsqu’elle est prise par voie orale comme supplément ou utilisée sur la peau, elle est probablement irritante lorsqu’elle est inhalée. On en a trouvé dans les poumons de personnes ayant subi de graves dommages liés au vapotage.

Lire également : Comment effectuer un test PCR Covid-19 ?

D’autres substances courantes présentes dans le e-liquide ou produites lorsqu’il est chauffé peuvent également présenter un risque pour les poumons. Il s’agit notamment de :

  • Le diacétyle : Cet additif alimentaire, utilisé pour renforcer les arômes des e-cigarettes, est connu pour endommager les petits passages dans les poumons.
  • Formaldéhyde : Ce produit chimique toxique peut causer des maladies pulmonaires et contribuer aux maladies cardiaques.
  • Acroléine : Le plus souvent utilisé comme désherbant, ce produit chimique peut également endommager les poumons.

Comment les cigarettes électroniques peuvent affecter vos poumons

Au fil du temps, avec la poursuite de l’utilisation des e-cigarettes, les experts comprendront mieux comment le vapotage affecte les poumons. Ce que nous savons pour l’instant, c’est que plusieurs maladies pulmonaires sont associées au vapotage :

Le vapotage et le poumon en popcorn

Le « poumon en popcorn » est un autre nom pour la bronchiolite oblitérante (BO), une maladie rare qui résulte de la détérioration des petites voies respiratoires des poumons. La BO a été découverte à l’origine lorsque des ouvriers d’une usine de popcorn ont commencé à tomber malades. Le coupable était le diacétyle, un additif alimentaire utilisé pour simuler le goût du beurre dans le popcorn pour micro-ondes.

Le diacétyle est fréquemment ajouté aux e-liquides aromatisés pour en améliorer le goût. L’inhalation de diacétyle provoque une inflammation et peut entraîner des cicatrices permanentes dans les plus petites branches des voies respiratoires – le poumon en popcorn – qui rendent la respiration difficile. Le poumon en popcorn n’a pas de traitement durable. Il existe cependant des traitements qui permettent de gérer les symptômes du BO, tels que :

  • La toux
  • Respiration sifflante
  • Les douleurs thoraciques
  • L’essoufflement

Pneumonie lipoïde

Contrairement à la pneumonie classique causée par une infection, la pneumonie lipoïdique se développe lorsque des acides gras (les éléments constitutifs de la graisse) pénètrent dans les poumons. La pneumonie lipoïdique liée au vapotage résulte de l’inhalation de substances huileuses présentes dans les e-liquides, qui déclenchent une réaction inflammatoire dans les poumons. Les symptômes de la pneumonie lipoïdique sont les suivants :

  • Une toux chronique
  • Un essoufflement
  • Crachats de sang ou de mucus teinté de sang

Pneumothorax spontané primaire (collapsus pulmonaire)

Le pneumothorax spontané primaire, ou collapsus pulmonaire se produit lorsqu’il y a un trou dans le poumon par lequel l’oxygène s’échappe. Cela peut être le résultat d’une blessure – comme un coup de feu ou une blessure au couteau – ou lorsque des cloques d’air sur le dessus des poumons se rompent et créent de petites déchirures.

Les personnes qui développent ces cloques sont généralement des personnes grandes et minces qui ont eu une période de croissance rapide pendant l’adolescence. En raison de cette croissance accélérée, un point faible peut se développer au sommet des poumons. Par elles-mêmes, ces cloques ne produisent généralement pas de symptômes. Vous ne savez pas que vous les avez, à moins qu’elles ne se rompent. Le tabagisme – et maintenant le vapotage – est associé à un risque accru d’éclatement de ces cloques, ce qui entraîne un collapsus pulmonaire.

Partager.