La mort, un événement qui surprend

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Dans la vie, on fait scrupuleusement attention à garder loin de soi certaines pensées qui peuvent générer en nous des sensations désagréables. L’une de ces idées est sans aucun doute notre propre décès: envisager ne serait-ce qu’un seul instant que notre coeur pourrait arrêter de battre glace le sang et peut causer la paranoïa. Il n’y a malheureusement pas vraiment de miracle à accomplir à ce sujet… bien qu’on puisse la repousser à coup de bonne alimentation et de saines habitudes de vie, celle-ci finira quand même par se pointer le bout du nez. Dans un tel contexte, il vaut mieux être prêt à lui faire face.

Cimetière

Lire sur le sujet

Quelques bonnes ressources sur le web traitent de cet événement et des façons pour s’y préparer. Il faut d’abord prendre conscience que la mort ne concerne pas uniquement que vous: votre famille ainsi que vos amis pourraient être nettement plus affectés que vous le pensez en ce moment.

En premier lieu, vous pouvez consulter l’article suivant sur la planification de la mort: http://www.reformedescollectiviteslocales.fr/planifier-mort/. Écrit par le blogue Réforme des Collectivités Locales afin de sonner une cloche à la population francophone à travers le monde, celui-ci rappelle certains éléments essentiels pour que vous puissiez partir sans problème. Arrêtez-vous un instant et posez-vous la question suivante: si je venais à décéder subitement, comment se réglerait ma succession? Si votre testament est déjà écrit et notarié, pas de problème en vue. Toutefois, si ce n’est pas le cas, croyez-vous que certains de vos héritiers pourraient s’entre-déchirer pour obtenir une partie convoitée de vos biens?

Une parenthèse est aussi faite sur le don d’organes, cette pratique courageuse qui consiste à se faire charcuter suite à son décès pour permettre à des personnes très malades d’avoir une deuxième chance dans la vie. Pourquoi vous accrocher à votre poumon ou à vos cornées si vous n’en aurez plus jamais besoin? Il existe très peu de raisons valables de refuser de participer à une cause aussi noble que le don d’organes.

Trouver le lieu de sa sépulture

Ce moment est certes un peu plus morbide mais il est nécessaire. Pendant que vous avez tout votre esprit, vous devrez choisir là où votre cercueil sera enterré. Il existe une multitude de cimetières dans le monde, mais tous ne s’équivalent pas… pensez à choisir un cimetière qui sera proche du lieu de résidence de votre famille afin que celle-ci puisse s’y recueillir lorsqu’elle aura envie de pleurer votre départ. Aussi, faites des recherches sur le web pour voir s’il y aurait eu au préalable des cases de vandalisme dans le lieu où vous élirez domicile… bien que ceux-ci ne soient pas très fréquents, ils peuvent causer énormément de mauvais sang aux enfants.

Dans tous les cas, cessez de repousser à plus tard votre réflexion sur la mort. Cela ne vous sert absolument à rien et cette petite pensée lancinante risque seulement de prendre une place de plus en plus grandissante dans votre esprit au fur et à mesure que vous vieillirez. Mieux vaut régler le problème immédiatement et ensuite passer à autre chose.

 

Partager.