Les vacances d’hiver ne sont plus ce qu’elles étaient

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Avec l’arrivée de la neige, nous retrouvons volontiers dans les grilles des programmes des grandes chaînes de télévision quelques grands classiques comme le film « les bronzés font du ski ». Pour les rares personnes qui ne l’ont pas encore vu, il s’agit d’un immense condensé d’humour au sujet de tous les plus grands clichés que l’on retrouvera dans les vacances à la montagne. Fort heureusement, nous ne sommes plus dans les années 1980 et certaines choses ont bien changé.

Des logements plus confortables

On se souviendra de l’horreur ressentie à l’entrée de certains chalets ou gîtes de montagne. Entre papiers peints au style douteux, tableaux hideux et lit pliables ou escamotables, ces logements étaient un concentré de vieilleries familiales dont on se débarrassait pour décorer ses maisons de location. Rassurez-vous, il existe des agences qui proposent des hébergements de standing dans toutes les stations de ski. À Samoens, des appartements de location se trouvent dans des résidences très design qui sont équipées d’une piscine pour se délasser après une journée de sport sur les pistes.

Des crêpes au sucre

Qui ne se souvient pas de la scène de la crêpe au sucre dans le film « les bronzés font du ski » ou même celle chez les locaux ? Aujourd’hui, dans les restaurants d’altitudes, on trouve de tout. Des produits régionaux comme des patates au four et du vin chaud, mais aussi des repas tout publics comme des sandwichs et de hamburgers. Le soir, vous pourrez bien entendu vous consoler avec une excellente raclette.

Des tenues plus tendance

Là encore, les années 1980 étaient le symbole de la combinaison aux couleurs improbables entre le violet foncé et l’orange fluo en passant par la combi rouge intégrale qui nous fait ressembler à un moniteur de ski. Aujourd’hui, nous avons réellement les moyens d’avoir l’air tendance sur les pistes avec des vêtements à la fois chauds et esthétiques surtout pour les femmes.Les vacances d’hiver ne sont plus ce qu’elles étaient

Partager.