Adapter son logement pour les aînés

Placer son père dans une maison de retraite n’est jamais un moment facile dans la vie d’un adulte. C’est à la fois un geste d’impuissance face à la dure réalité du vieillissement mais également un geste qui ne porte pas honneur au temps passé par le père à s’occuper de l’enfant pendant toutes ces années.

Afin de repousser ce moment pratiquement inévitable, il existe certaines solutions. Aviez-vous déjà pensé à adapter un logement pour les aînés? Comme les appartements à louer ne sont généralement pas pensés pour une personne en perte d’autonomie, ce sont généralement des travaux qu’il faut réaliser soi-même. Voici un petit guide d’étapes à suivre pour réussir l’adaptation.

A voir aussi : Rhinoplastie en cas de maladie du nez

Aîné

Votre grand-papa a besoin de vous!

Bénéficier du programme de la SCHL

En premier lieu, si vous pensez à vous lancer dans les travaux, il serait très pertinent de profiter des subventions que la SCHL offre aux occupants ou aux propriétaires de l’édifice. Il existe d’abord diverses conditions à respecter :

A voir aussi : Combien coûte un site web ?

  • La personne aînée doit avoir plus de 64 ans et souffrir d’une perte d’autonomie selon les normes gouvernementales.
  • Le logement qui sera adapté à ses problèmes doit être sa résidence permanente au moment des travaux.
  • Elle ne doit pas disposer d’un revenu trop élevé (le seuil sera fixé indépendamment dans chaque région du Québec).

L’argent offert par la Société Canadienne d’Hypothèques et de Logement devra toutefois être remboursé si l’occupant quitte le logement moins de 6 mois après que la subvention ait été versée. On parle de montants qui peuvent aller jusqu’à 3 500$ selon les travaux effectués.

Ce qui peut être considéré dans la subvention

Pour qu’une adaptation soit considérée par la SCHL, elle doit aussi remplir certains critères bien simples. D’abord, elle doit être permanente ou être fixée à la propriété. Son rôle doit être de contribuer à faciliter l’accès aux fonctionnalités de base du logement (avoir un toit, se nourrir, dormir…). Enfin, on dit que la sécurité de la personne aînée doit être améliorée par les investissements réalisés. On ne pourra pas acheter un divan en cuir de cheval simplement sous prétexte qu’il rehausse les fonctionnalités de base du logement, puisque celui-ci ne contribuera pas à la dite sécurité. On parlera plutôt de barres d’appui dans la salle de bain, d’installation d’aires de rangement plus facilement atteignables, etc.

Malheureusement, on ne peut pas financer l’achat d’équipement de déplacement comme les marchettes via ce programme.

Suivre l’évolution de l’état de la personne aînée

Ce n’est pas parce qu’on installe une barre d’appui dans la salle de bain que le parent sera en sécurité pour le restant de ses jours. Au fur et à mesure que l’autonomie pourrait se dégrader, il pourrait être nécessaire de continuer d’améliorer l’appartement, parfois sans subvention. Une plateforme d’accès pour les fauteuils roulants sera parfois nécessaire si la personne ne peut franchir les marches, par exemple. Tentez de comprendre le quotidien de l’aîné que vous tentez d’aider et voyez ce dont il a vraiment besoin : chaque situation sera différente.

Les avantages d’une maison de plain-pied pour les aînés

Les avantages d’une maison de plain-pied pour les aînés sont nombreux et méritent d’être mis en lumière. En effet, opter pour ce type de logement présente des atouts indéniables pour le bien-être et la sécurité des personnes âgées.

Une maison de plain-pied élimine les obstacles liés aux escaliers. Les risques de chutes, qui sont malheureusement fréquents chez les personnes âgées, sont ainsi considérablement réduits. Plus besoin de monter ou descendre des marches potentiellement dangereuses au quotidien. Les déplacements à l’intérieur du domicile deviennent plus aisés et moins contraignants.

Une maison de plain-pied offre un espace entièrement accessible sans contrainte architecturale. Les portails sont largement dimensionnés, permettant le passage facile d’un fauteuil roulant ou autre dispositif d’aide à la mobilité. L’aménagement intérieur est aussi conçu dans cette optique, avec des couloirs largement dimensionnés et aucune marche entre les différentes pièces.

L’absence d’étage facilite grandement l’organisation du quotidien des aînés. Tout est regroupé au même niveau : chambre à coucher, salle de bain, cuisine et salon se trouvent à proximité immédiate les uns des autres. Cela évite la fatigue inutile due aux montées et descentes.

Les équipements et aménagements adaptés pour faciliter la vie quotidienne des aînés

Afin de faciliter la vie quotidienne des aînés, il faut mettre en place des équipements et aménagements adaptés au sein du logement. Ces dispositifs permettent aux personnes âgées de maintenir leur autonomie et de vivre en toute sécurité dans leur propre domicile.

L’une des premières adaptations à envisager est l’installation d’une salle de bain sécurisée. Cela peut inclure la mise en place d’une douche à l’italienne avec un accès facile pour les personnes à mobilité réduite. Des becs flexibles facilitent aussi l’utilisation et réduisent le risque potentiel de brûlures.

Il est primordial d’installer des systèmes de sécurité adaptés au logement des personnes âgées. Cela peut inclure la mise en place d’un système d’alerte ou de détecteurs de fumée et de monoxyde de carbone. Ces dispositifs offrent une tranquillité d’esprit non seulement aux aînés, mais aussi à leurs proches.

Adapter son logement pour les aînés nécessite la prise en compte des équipements et aménagements spécifiques afin de faciliter leur vie quotidienne et garantir leur sécurité. Pour ce faire, il est recommandé de faire appel à un professionnel spécialisé dans l’aménagement pour personnes âgées qui saura proposer les solutions les mieux adaptées à chaque situation individuelle.