La crise de la légionellose, comment l’éviter

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Au Québec, le terme « légionellose » aura sans doute marqué l’imaginaire des québécois pour plusieurs années à venir. À l’été 2012, dans la ville de Québec, au moins 11 personnes auraient perdu la vie des suites de la propagation de la bactérie Legionella en Basse-Ville. Ayant duré environ un mois et demie,  cette crise aura causé des cheveux blancs à bien des politiciens et aura causé un lourd stress chez les familles des 173 personnes contaminées.

Légionellose

A voir aussi : Construire sa maison écologique à l'aide de blocs coffrants isolants

On serait porté à croire, instinctivement, que c’était la première fois que la légionellose se présentait à Québec. Malheureusement, en 1996, elle avait encore une fois frappé la ville! C’est une bonne chose que les dégâts avaient été moindres à ce moment, mais les recommandations sévères présentées à l’époque par des enquêteurs ne reçurent aucune suite, créant la situation de 2012. Regardons ensemble comment tout a commencé.

C’est la bactérie Legionella qui serait à blâmer dans cette situation. Cette bactérie se développe normalement dans la boue ou dans l’eau, mais sa seule existence n’est pas automatiquement signe d’épidémie à venir. Sa croissance sera facilitée par certains événements particuliers : notons par exemple les dépôts de tartre ou de corrosion ainsi que la présence d’eau stagnante. Il faut aussi que plusieurs autres conditions soient atteintes pour qu’on parle de risques. Premièrement, il faut que la Legionella soit dispersée par le biais d’un aérosol et elle doit être inhalée. Parmi les groupes les plus à risque de contracter la maladie, les personnes âgées (de 65 ans et plus) et les fumeurs sont les principales cibles.

A lire aussi : Mise en scène une boutique de décoration pas comme les autres

Éviter une épidémie de légionellose n’est pourtant pas si compliqué! En faisant affaire avec une entreprise qui se charge d’effectuer un entretien régulier de son système de ventilation et de ses systèmes de refroidissement, principaux épandeurs de la maladie, les gestionnaires d’édifices n’auraient plus de problème. S’ils souhaitent eux-mêmes gérer cet entretien, ils doivent mettre en place un plan qui listera toutes les actions effectuées ainsi que les produits et les personnes qui ont réalisé l’entretien. Il faudra porter une attention particulière aux dates ainsi qu’aux différents problèmes qui auraient pu être repérés. Une autre erreur grave serait de croire que seule la ville de Québec peut être touchée par ce fléau. Il est primordial de nettoyer vos systèmes de ventilation ou de climatisation sur la rive-sud de Montréal ou Québec, mais dans les petits villages aussi! La santé des gens est beaucoup trop importante pour qu’on décide de la mettre en jeu.

Partager.