L’hypothèque, une bonne ou une mauvaise idée ?

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Ce n’est un secret pour personne que parfois, on a envie d’acquérir quelque chose sans pour autant avoir les moyens pour l’avoir directement. Et la principale raison qui nous empêche de posséder l’objet en question est généralement l’argent. Et c’est là que le prêt entre en jeu. Parce qu’on n’a pas la patience d’avoir assez de ressources avant d’avoir ce que l’on veut. Surtout si l’objet en question touche la maison de notre rêve. Alors si vous avez l’intention de prendre un prêt immobilier, cet article va vous parler de tout ce qu’il y a à savoir les hypothèques.

Qu’est-ce qu’un prêt immobilier ?

Lire également : Location de machine à projeter à Sorgues, Orange, Carpentras

Un prêt immobilier est un emprunt qu’on fait à la banque qui vise à des acquisitions d’une nouvelle maison ou à la rénovation de votre maison actuelle. Le prêt immobilier, tout comme les autres types de prêts, ne peut se faire sans la présence d’une garantie. Dans son cas, la banque propose trois types de garanties avant de vous donner de l’argent. Les trois garanties sont : le privilège du prêteur de deniers, le cautionnement mutuel et l’hypothèque conventionnelle.

Le coût et les intérêts de la démarche, donc du prêt est en fonction du type de garantie que la personne faisant la demande de prêt ait choisi.

Lire également : Comment placer votre épargne en 2020 ?

Qu’est-ce que l’hypothèque ?

L’hypothèque est une sûreté réelle. Autrement dit, une hypothèque est une garantie réelle qu’une personne ayant fait un prêt donne à son créancier. Bien sûr, la somme d’argent en question est en fonction de la valeur du bien mis en garantie.

L’hypothèque est appelée, juridiquement parlant, une hypothèque conventionnelle. Cette appellation est due au fait que l’hypothèque est un acte qui est à faire sous contrat ou convention entre deux parties bien consentantes.

Toute la procédure visant la mise en hypothèque d’un bien entre les deux parties est à faire en présence d’un notaire. Si vous effectuez un accord de mise en hypothèque d’un de vos biens sans la présence d’un notaire, cela annulerait toute crédibilité de votre contrat. Autrement dit, la justice ne pourra pas intervenir si jamais quelque chose tournait mal. D’ailleurs, il est bon de notifier que le notaire est celui qui gère toutes les démarches de mise en hypothèque d’un bien.

Quel est le coût de la mise en hypothèque d’un bien ?

Par rapport aux autres types de garanties que propose la banque, l’hypothèque conventionnelle est considérée comme étant la plus chère. C’est ce qu’assure ax-fiduciaire.ch, une équipe d’experts en création et gestion d’entreprise. En effet, comme constaté précédemment, l’acte est à faire sous contrat et en présence d’un notaire qui lui, va s’occuper des démarches. Alors que les autres garanties ne nécessitent pas tout cela. Juste un accord sous seing privé et le tour est joué.

D’un côté, le notaire pour ses services prend généralement 1,5 % de la somme empruntée. D’un autre côté, le notaire va vous facturer le coût et la taxe que les actes de la mise en hypothèque de vos biens requièrent.

Il est donc dans votre intérêt de prendre les aides qu’offrent diverses sociétés comme  www.vision-hypotheques.ch. Ils vont chercher les meilleures ententes pour faire en sorte que vous payiez moyen devant tout cela.

Comment se fait la mise hypothèque du bien ?

  •         Une fois le choix de la banque effectué, vous allez tout d’abord choisir le ou les biens immobiliers que vous souhaitez hypothéquer.
  •         Le notaire va ensuite évaluer le prix de ces biens pour voir si les biens sont proportionnels à la somme demandée.
  •         Une fois les biens choisis, le notaire va les déclarer auprès de service de la publicité foncière. C’est ce service qui va permettre au notaire et aux deux parties de bien étiqueter les biens. Donc de les mettre officiellement sous hypothèque. C’est ce service qui impose des taxes et un coût de dossier également.
  •         Une fois l’étiquette placée, le contrat, entre la banque et l’emprunteur, est maintenant officiel. Donc la personne demandeuse de prêt peut avoir son argent.

Pendant la période de remboursement, le bénéficiaire du crédit peut bien utiliser le bien mis en hypothèque. Et si la personne souhaite vendre le bien en question, il doit aviser le notaire en charge du dossier. Le notaire va calculer le reste à payer. Et la somme en question va être déboursée à la banque.

Le fait de liquider son solde avant terme est nommé la mainlevée. Et vu que c’est un acte qui nécessite l’intervention d’un notaire, il est donc également payant. Le notaire prend comme rémunération 0,7 à 0,8 % de votre crédit.

L’étiquette « d’objet hypothéqué » va automatiquement disparaître 1 an après la fin de votre contrat avec la banque sauf si vous effectuez une mainlevée avant.

 

Pour conclure, avant de prendre une grande décision comme le fait de prendre un prêt bancaire, étudiez bien toutes les options qui s’offrent à vous pour en tirer le maximum d’avantages.

Partager.