Tout savoir sur les étoiles filantes

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

La vue d’une étoile filante provoque très souvent un enthousiasme enfantin et l’heureux témoin de cette magique apparition est invité à faire un vœu. Mais d’où viennent donc ces zébrures lumineuses et furtives traversant le ciel nocturne ? Vous l’avez deviné, les météores, autre nom de ce phénomène, ne sont ni des fées en goguette, ni de timides astres cherchant à échapper à nos regards inquisiteurs. Ce ne sont même pas des étoiles qui s’embrasent et disparaissent pour un dernier tour de piste.

Comment naissent les étoiles filantes ?

A l’origine, un petit corps appelé météoroïde, issu de la désagrégation d’un astéroïde ou d’une comète, erre dans le système solaire pendant quelques millions d’années jusqu’au moment où il est pris dans le champ gravitationnel d’une planète.

Ça sent le gaz !

Lorsqu’il est capturé par l’attraction de la Terre, le météoroïde débarque dans la haute couche atmosphérique à une vitesse allant de 11 à 73 km/s. Plus il pénètre dans l’atmosphère et ses couches les plus denses, plus l’air autour de lui chauffe et perd de la charge électrique, c’est la ionisation. Le corps subit alors une vaporisation, c’est à dire qu’il se transforme en gaz. C’est ce gaz très chaud et ionisé, appelé plasma, qui forme la traîne lumineuse du corps céleste. Le météoroïde, soumis à de très hautes températures, finira par se désintégrer.

Le grain de sable, le petit pois et le bolide

La taille d’un météoroïde varie entre trente microns et un mètre. Les étoiles filantes sont formées par les plus petits d’entre eux, de la taille d’un grain de sable à celle d’un petit pois. Lorsque la taille est plus importante, le passage dans l’atmosphère donne naissance à un disque très lumineux que l’on nomme bolide. Les plus gros météoroïdes ne se désintègrent pas complètement au passage de l’atmosphère et lorsqu’ils atteignent la terre, sont appelés météorites. On peut en apprendre plus dans les livres si l’on s’y intéresse !

Où et quand voir les pluies lumineuses ?

Les étoiles filantes sont qualifiées de sporadiques si elles sont issues d’objets indépendants se déplaçant seuls dans l’espace interplanétaire. En revanche, lorsque des poussières laissées par la queue d’une comète croisent l’orbite de la terre, ces essaims météoriques donnent naissance à des pluies d’étoiles filantes.

À l’heure au rendez-vous

La Terre, dans son orbite autour du soleil, croise périodiquement certains essaims, nous permettant de prévoir précisément le moment de l’année où nous pourrons les contempler. Par un effet d’optique, ces météores semblent toutes provenir d’un même point qui bien souvent se situe dans une constellation. L’averse lumineuse sera ainsi baptisée d’après la constellation d’où elle semble provenir.

Perséides et compagnie

Il existe un grand nombre de pluies météoriques observables tout au long de l’année, mais toutes n’ont pas la même intensité. Les Quadrantides en janvier, les Léonides en novembre ou les Géminides en décembre donnent souvent lieu à d’intenses pluies, mais la plus populaire est sûrement celle des Perséides, qui a lieu chaque année entre le 17 juillet et le 24 août, avec un pic aux alentours du 12 août. Il est vrai que l’été et les vacances se prêtent mieux aux nuits à la belle étoile.

Cherchez alors un endroit loin de toute pollution lumineuse, en montagne, à la campagne ou en mer, n’oubliez pas une chaise longue pour éviter les torticolis, une couverture et un thermos, sans oublier une réserve de vœux, et laissez-vous porter par l’émerveillement.

Partager.