Une agriculture plus raisonnable est-elle possible ?

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

De nombreuses personnes, partie prenante ou non de l'industrie agroalimentaire, ont décidé un jour qu'il fallait commencer à s'auto-éduquer, en tant que professionnels comme en tant que consommateurs. Les responsables d'exploitations agricoles sont parfois allés loin, dans l'utilisation de pesticides et d'engrais qui, s'ils avaient a priori un effet positif pour la croissance de leurs plantations, s'avéraient à terme plutôt dommageables pour le reste de l'environnement, et en particulier pour la terre sur laquelle ces cultures se développaient. L'absence d'insectes destructeurs ou de parasites endommageant les cultures était patente, mais l'appauvrissement du sol comme la pollution des nappes phréatiques l'étaient tout autant.

Des professionnels plus raisonnables

Ces exploitants pouvaient avoir pris conscience des dérives de leurs pratiques professionnelles, pourtant les exigences du marché étaient telles qu'ils n'avaient pour certains pas le choix, croyaient-ils : la concurrence était désormais mondiale et acharnée. Mais sachant que cela ne pourrait pas durer, certains acteurs de cette industrie ont décidé d'agir et de mener des recherches pour trouver des solutions pour une meilleure nutrition végétale, ainsi que pour élaborer des engrais moins nocifs pour les sols comme pour les écosystèmes des champs en France, petits animaux, insectes et végétation compris. De nouvelles solutions ont ainsi vu le jour, pour permettre à ces exploitations agricoles de continuer de produire mais de le faire qualitativement.

Des consommateurs plus attentifs

Mais pour que cela fonctionne parfaitement, il fallait aussi que les consommateurs prennent eux aussi conscience de ce qui se passe, et qu'ils finissent par faire confiance aux producteurs qui, s'ils proposaient des produits un peu plus chers, étaient par ailleurs acteurs de la protection de l'environnement. En favorisant les produits issus de l'agriculture biologique dans leurs paniers, par exemple, ils permettent aujourd'hui de donner leur chance à des entrepreneurs qui ont choisi de changer de méthode de travail. De même les clients qui achetaient leurs fruits et légumes dans les supermarchés, et qui ont décidé de s'abonner aux AMAP à proximité de chez eux, agissent localement pour que les petites entreprises qui font des efforts en soient récompensées.

Partager.