5 conseils pour devenir journaliste web, par Stéphane Demazure

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Aujourd’hui, Internet prend une place de plus en plus importante dans les médias si bien que la presse papier en pâtit grandement. Avec l’essor des nouvelles technologies, le métier de journaliste web est de plus en plus en vogue. Stéphane Demazure, spécialiste de l’édition et du journalisme en général vous propose d’en apprendre plus sur le sujet.

Du contenu en continu

Dans les rédactions web aujourd’hui, ce qui est le plus important c’est ce que l’on appelle l’actualité en continu, le flux donc c’est être capable de traiter rapidement des dépêches d’agence, aller sur les réseaux sociaux…Il faut donc pouvoir être compétent là-dessus, indique Stéphane Demazure. On peut cultiver des spécialités ailleurs mais ce qu’il faut c’est vraiment se focaliser là-dessus car c’est cela qu’attendent les rédactions web aujourd’hui.

La spécialisation

Un autre atout à faire valoir est une spécialité. Il peut s’agir d’une spécialité sur un sujet, c’est-à-dire être très bon et connaisseur en droit, en économie, en sport…la spécialisation est très recherchée. Cela peut être aussi une compétence technique telle que le codage informatique qui peut s’avérer très pratique pour le métier de journaliste web. En effet, peu de journalistes savent coder car l’on travaille de moins en moins avec des développeurs informatiques dans ce secteur et on demande de plus en plus aux journalistes web de savoir faire les choses eux-mêmes. Ainsi, cultiver une spécificité technique peut se révéler un véritable atout, précise Stéphane Demazure.

Comment intégrer un média en ligne ?

Pour rentrer dans un média en ligne ou autre, il est souvent nécessaire d’avoir acquis un certain niveau d’expérience au préalable. Il n’est pas forcément facile de faire des stages dans les grands médias. Il peut être judicieux de commencer par des médias locaux (ex : la presse quotidienne régionale comme La Provence ou la Voix du Nord) qui commencent à développer leur offre numérique. Cela peut donc être un très bon tremplin pour commencer.

Il ne faut également pas hésiter à travailler dans d’autres médias comme la radio, la télévision vu qu’il existe des radios locales, des télés locales. Il est bien de voir un peu tout ce qui se fait puisque finalement tous ces formats-là sont repris sur le web dans les médias numériques. C’est donc important de commencer ainsi et ensuite éventuellement commencer à se spécialiser et d’aller surtout vers des médias numériques et de demander des stages car beaucoup de médias se créent, même des petits locaux ou nationaux car ils sont plein d’entrain et plein d’enthousiasme. Il y a une place à faire, on peut rapidement faire sa place même lorsque l’on est jeune et avec peu d’expérience puisque ce sont de nouvelles choses qui sont en train de se créer ; il ne faut donc pas hésiter à aller vers ces médias-là.

Le journaliste web, un véritable rôle de pédagogue

Ces dernières années, on remarque une tendance dans le journalisme web : c’est de décider d’être beaucoup plus dans la pédagogie que les médias le faisaient traditionnellement. C’est ce qui est par exemple fait au Décodeur, on essaie de se mettre dans la tête des lecteurs et d’essayer de répondre aux questions qu’ils peuvent se poser qui sont différentes de celles que se posent les journalistes. On va souvent se poser des questions beaucoup plus basiques, rappelle Stéphane Demazure, que celles que l’on se pose d’habitude. Il faut donc essayer d’expliquer le plus simplement possible soit par du texte soit par le format le plus adapté (vidéo, infographie, représentations visuelles des données). Le but est de faire comprendre au plus grand nombre car l’on est lu par plus grand nombre de personnes que sur un journal papier comme Le Monde. La capacité de pédagogie est ainsi essentielle sur l’information.

Les trois qualités essentielles rappelées par Stéphane Demazure

Les trois qualités qui sont importantes pour le journalisme web, c’est d’abord la rapidité puisqu’il faut pouvoir réagir rapidement sur des évènements. Même si l’on n’est pas toujours dans le rush, il y a des évènements qui font que l’on doit ne pas perdre tous les principes de rigueur et quand même alimenter rapidement comme par exemple avec les « Live », une petite fenêtre apparaissant sur l’écran de l’ordinateur lorsqu’il y a des gros évènements qui surviennent et l’on doit alimenter et échanger avec les lecteurs.

La seconde qualité c’est la créativité puisqu’il y a encore bon nombre de choses à créer sur le web même si les sites d’information commencent à avoir 15 voire 20 ans, il y a encore plein de nouveaux formats qui se créent et les directions, les rédactions en chef sont très preneurs de ces nouveaux formats.

La troisième qualité c’est, comme l’on a vu précédemment, de faire preuve de pédagogie puisqu’il faut s’adresser quoiqu’il arrive à un grand nombre de personnes. Il faut un petit peu descendre du piédestal sur lequel pouvaient être les journalistes autrefois en ne s’adressant qu’à une partie de la population et une certaine élite. Il faut se mettre dans la tête des lecteurs et interagir avec eux pour leur proposer une information qui leur correspond sans forcément aller dans le buzz ou le people. Il faut être en mesure de répondre aux questions éventuelles des lecteurs…rappelle Stéphane Demazure.

Partager.