Comment fonctionne l’éclairage public ?

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

L’éclairage public et son fonctionnement intriguent de nombreuses personnes. Pourquoi est-ce qu’un lampadaire reste allumé alors qu’il fait pleinement jour ? À quoi pourrait ressembler l’éclairage de demain ? Ce sont là plusieurs préoccupations qui reviennent et qui poussent à se poser une question importante : comment fonctionne l’éclairage public ? On en parle dans cet article.

Un fonctionnement technique qui a évolué

Auparavant, ce sont les candélabres qui étaient utilisés pour l’éclairage public. Celles-ci étaient peu coûteuses et on y obtenait surtout assez de fiabilité que les horloges mécaniques parce qu’elles commandaient l’éclairage selon la luminosité. Les candélabres étaient donc plus fiables, mais pas parfaits pour autant. Il suffit qu’il y ait un peu de poussière sur le capteur ainsi qu’une mauvaise orientation et le lampadaire se retrouve simplement allumé en plein jour.

A découvrir également : La vaccination est-elle importante pour le chat?

La solution prend aujourd’hui la forme de l’horloge astronomique, un boîtier qui suit avec une grande précision la trajectoire du soleil ainsi que ses heures de coucher et de lever en fonction des saisons. L’équipement permet aussi de programmer des plages d’interruption. La majorité du parc français en est aujourd’hui équipée. Ceci, grâce aux compétences et expertises de plusieurs entreprises comme PC Elec.

Une dépense importante pour la collectivité

Il faut dire qu’entre les maintenances des équipements et le coût de l’électricité, l’éclairage public représente aujourd’hui une dépense importante pour les communes. Selon l’Ademe, le poste de l’éclairage représente 37 % de la facture électrique d’une collectivité territoriale et 41 % de la consommation. La raison principale de ce coût concerne la vétusté du parc d’éclairage français parce que selon le syndicat de l’éclairage, près de la moitié des dispositifs ont plus de vingt-cinq années. Une rénovation aux moyens des récentes technologies dont les LED permettraient des économies évaluées à entre 40 et 80 %.

A voir aussi : Tout savoir sur la thérapie par l’hypnose

Un éclairage qui s’ajuste à l’avenir

Il faut dire qu’à l’avenir, le lampadaire connecté pourrait s’imposer en matière d’éclairage public. On constate d’ores et déjà les prémices de cette démarche, avec l’initiative de la villa allemande qui permettrait à ses habitants d’allumer des lampadaires sur le chemin en envoyant de simples SMS. Ensuite, la ville intelligente est passée par là et les systèmes d’éclairages peuvent être pilotés à distance.

Les services municipaux ont donc la possibilité d’ajuster l’intensité lumineuse selon la fréquence des lieux, le moment de la journée ou encore le passage d’une personne. En menant de telles expérimentations depuis 2015, des villes comme Dijon et Chartres ou encore Angers semblent s’engager également sur cette voie.

Partager.