La roulotte irriterait quelques personnes

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Le véhicule récréatif, c’est pour plusieurs personnes une invention incroyable. Pouvoir faire du camping sans risquer de se faire bouffer par un ours, y a-t-il quoi que ce soit de mieux dans la vie? C’est du moins ce que ces gens pensent. De l’autre côté du spectre, il y a une école de pensée complètement différente : les roulottes seraient l’emblème même du capitalisme américain et elles seraient nocives pour le tourisme et l’environnement urbain! Whoaaa, c’est quand même un peu cru comme constat! Dans les deux sens, il semble y avoir des exagérations assez flagrantes quant au rôle de la roulotte au sein de la société québécoise.

À Gatineau, par exemple, il semble que ces véhicules irritent bien des gens.

Lire également : Baromètre EffiCity de l'immobilier : Les acheteurs ont gagné la surface d’une feuille A4

Un VR stationné en pleine rue

Il y a plusieurs types de roulottes et de VR : des petits, des gros, des moyens, certains qui mesurent 28 pieds… c’est face à ce dernier cas que les habitants de la rue de Pigalle, à Gatineau, font face. La bête immense rend la circulation automobile et piétonnière beaucoup plus complexe qu’elle ne devrait l’être dans le secteur, au grand dam des habitants du quartier. Il faut dire que ça prend de la place, ce truc!

Roulotte gatineau

La fameuse roulotte qui cause des maux de tête à la population.

A lire en complément : Les meilleurs jeux du moment en réalité virtuelle

Yan Laperle, un voisin immédiat, envisagerait même de déménager ailleurs si la situation ne s’arrange pas. Comme la ville de Gatineau permet le stationnement d’une roulotte de la rue sans problème entre le 1er avril et le 1er décembre, il n’y a aucun signe que la situation s’améliorera dans les prochains jours. John Burke, un autre des voisins, est sensiblement du même avis.

Comment résoudre la situation?

Charles Bernard, qui s’occupe du marketing pour un détaillant de roulottes, suggère que les règles soient renforcées en ce qui concerne le stationnement sur une rue résidentielle. Pourquoi ne pas mettre une limite d’une semaine ou deux pour le stationnement résidentiel? Après ce temps, le propriétaire serait forcé de trouver un autre lieu pour placer ou entreposer son véhicule récréatif. Mettre en place quelques stationnements communautaires dans les zones extérieures aux villes pourrait être une solution envisageable à court terme, même si les propriétaires de ces véhicules craindraient probablement qu’on s’en prenne aux roulottes, soit par le vol ou par le vandalisme.

Labeaume en VR

Ceux qui sont allergiques au maire de Québec, Régis Labeaume, risquent toutefois d’être attendris par le geste qu’il a posé récemment. À bord de son propre VR, Labeaume a invité près de 200 roulottes à se déplacer jusqu’à Lac Mégantic afin d’aller consommer localement, histoire de soutenir l’économie. La ville, qui est relativement touristique à l’été, sera heureuse de recevoir tant de consommateurs alors qu’un bon nombre de ses commerçants ont été mis hors d’affaires par l’explosion des wagons d’essence de la Montreal, Maine and Atlantic il y a quelques temps.

Cette fois-ci, peu de risques que le manque d’espace génère la grogne chez les gens du village : 300 emplacements pour stationner les VR auront été mis en place au Wal-Mart de la ville ainsi qu’à la polyvalente.

Partager.