Assurance habitation et colocation : comment ça marche ?

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Vivre en colocation permet de ne plus se retrouver dans la solitude et de payer moins cher son loyer. En effet, en colocation, les charges sont véritablement partagées. Cependant, on ne peut jamais prévoir les sinistres. Il est alors primordial de prendre une assurance, afin d’avoir le cœur tranquille lorsqu’un incident se produit. Dans le cas d’une colocation, comment se faire la prise de l’assurance habitation ? Si vous êtes aussi curieux de le découvrir, lisez juste la suite de ce texte.

L’assurance habitation en colocation, est-ce une obligation ?

La réponse à la question qui vient d’être posée est bien évidemment oui. Ceci découle de l’article 7 de la loi n°89-462 du 6 juillet 1989. Selon cette loi, les locataires doivent obligatoirement assurer leur logement, ne serait-ce que dans le cadre des risques locatifs. Cela est aussi valable pour ceux qui sont en colocation. A qui incombe la responsabilité de prendre une telle assurance ?

Lire également : Estimation immobilière, gratuite ou payante ?

Le cas d’un seul signataire de l’assurance habitation

Dans le cas de la colocation, un seul colocataire peut être signataire du contrat de cette assurance. Dans le cas d’espèce, le bien doit être loué avec un seul bail. C’est un bail que tous les colocataires doivent avoir précédemment signé. Ainsi, lors de la signature du contrat d’assurance, l’on pourra associer leur nom. Ils pourront de ce fait être indemnisés lorsqu’un sinistre survient. Dans le cas où l’un des colocataires part, il faudra remplacer son nom par celui du nouveau venu. Dès lors, ce dernier pourra aussi participer aux dépenses. Là où cela pèsera sur les épaules de ceux qui seraient restés est le cas où ils ne trouveraient pas de remplaçant.

Le cas où chaque colocataire souscrit à sa propre assurance

Si le cas que nous venons de décrire ne vous arrange pas, chacun pourrait souscrire à cette assurance à titre personnel. Rassurez-vous, le prix total va forcément avoisiner le coût de l’assurance habitation dans le cas d’un seul signataire. Toutefois, pour faciliter les choses ici, vous devez prendre votre assurance chez le même assureur. Faites donc votre analyse entre vous pour trouver une compagnie qui vous simplifiera les choses. Ce faisant, lorsqu’un sinistre survient, la gestion sera beaucoup plus aisée. Dans le cas présent, chaque assuré peut encore choisir les garanties qu’il considère les plus conformes aux biens dont il dispose.

A voir aussi : Quel frais pour dissoudre une SCI ?

Le cas où le bailleur souscrit à l’assurance

Il est aussi possible que le propriétaire souscrive à une telle assurance. Cependant, il ne peut pas agir sans le consentement des colocataires. Dès que les colocataires donnent leur accord, le bailleur reportera le coût de l’assurance sur le loyer qu’auront à payer les colocataires. Il peut par exemple, reporter le 1/12e de la cotisation de chaque année sur le loyer qu’ils auront à payer chaque mois. Rappelons ici que les colocataires ont toujours le droit de choisir leur assurance. Cette manière de procéder simplifie aussi bien la tâche au propriétaire qu’aux colocataires. Pour les colocataires, il y a moins de démarches à mener et cela évitera aussi bon nombre de litiges. Dans le cas du bailleur, il peut être certain de la continuité de l’assurance de son bien mis en location.

Partager.