Baisse de l’immobilier : mythe ou réalité ?

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Une tendance à la baisse généralisée

Sur toute la France, la tendance est à la baisse de l’immobilier. Avec la crise économique, les acheteurs se font de plus en plus rares, en conséquence les vendeurs n’ont plus comme choix que de baisser les prix. C’est ainsi que depuis le troisième trimestre de l’année 2011, le prix des logements anciens a baissé de 4,4%. La situation est identique sur tout le territoire français sans exception. Le Nord suit cette mouvance et la baisse est constatée même dans la capitale, réputée chère en matière de pierre du fait de la forte demande qui y existe. Il a été noté un recul de 1% entre septembre et octobre 2014. Le prix du mètre carré à Paris était estimé à la date du 1er octobre 2014 à 7849 euros. Comparé au mois de juin de l’année 2011, le coût de la pierre est donc considérablement tombé de 741 euros dans la ville de Paris. Du côté du département des Hauts-de-Seine, il a été également enregistré une réduction de 0,5% du prix de l’immobilier durant la même période. Cependant c’est au Sud de la France que la baisse se sent le plus avec la Moselle qui connait une chute de -14,9% entre septembre et octobre 2014 soit 1451 euros le mètre carré de la pierre. Mais malgré l’illusion d’une baisse, l’immobilier français résiste toujours et selon les analyses ce serait dû aux faibles taux d’intérêts appliqués dans le pays en la matière. Il serait alors préférable de maintenir les taux immobiliers à ce bas niveau pour ne pas subir de hausse liée à une flambée qu’ils pourraient occasionner.

Une baisse nuancée

Au regard des indices de prix et en comparant ces mêmes résultats sur une durée différente, il ressort que même s’ils ont tendance à baisser à la fin de chaque année, sur toutes les zones ils sont plutôt à la hausse sur une durée plus courte. C’est d’ailleurs illustré par l’indice du prix des bâtiments anciens qui après avoir affiché une certaine stabilité pour une période de trois mois régresse de 1,2% sur l’année. Il faut reconnaître à ce niveau que la baisse immobilière est plutôt relative avec des baisses d’un côté et des hausses de l’autre. Et dans tout le pays l’on parle de stabilité des prix. Mais certains analystes à l’instar de Standar & Poors y voient une hausse prochaine prévue à hauteur de +1% en 2015 et 2% en 2016. Au niveau des différentes sortes de logements aussi il ressort cette contradiction alors que certains types de bâtiments sont à la baisse, d’autres connaissent au contraire une montée. C’est le cas des maisons dont le coût a progressé de 0,2% pendant que celui des appartements anciens a baissé de 0,3% au premier trimestre de 2014. L’indice des logements commerciaux, lui, est resté constant sur 3 mois alors que l’indice de référence des loyers a subi une hausse de 0,6%. La question de la baisse de l’immobilier est donc très complexe et mérite d’être suivie de près. C’est pourquoi sur yelp.fr vous trouverez des informations qui portent sur la tendance des prix sur toute la France.

A découvrir également : Pratique.ch toujours des astuces pratiques pour votre maison

Partager.