Investir dans le vin : que faut t’il savoir?

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Un domaine d’investissement très rentable

L’intérêt que portent les Français au vin amène bon nombre d’observateurs à dire que le vin est devenu un actif patrimonial au même titre que les actions et les biens immobiliers. D’ailleurs, le principe des primeurs s’apparente au fonctionnement du marché boursier, celui des matières premières et des produits financiers. La seule différence et l’avantage dans le domaine du vin, c’est que le risque de perte est limité. Et pour cause ! En effet, lors de la mise en bouteilles, la qualité du vin évolue rarement négativement. Le marché français voit la présence de plusieurs produits liés au vin. Ils se constituent en cave ne souffrant d’aucun problème logistique. Sur le foncier, il existe des lois à respecter au risque de perdre certains privilèges. En effet, le Bordelais et la Bourgogne qui constituent les zones très propices à la culture de la vigne ne pourront plus accueillir les viticulteurs qui ne disposent pas des moyens financiers leur permettant d’effectuer des dépenses d’un montant minimal de 500000 euros par hectare.

Les formes d’investissement dans le vin

A lire également : Zoom sur les différents types de porte-bébé qui existent

Il existe plusieurs façons d’investir dans le vin. Tout d’abord, il faut acheter des primeurs en direct ou via Internet. C’est l’un des moyens efficaces pour un amateur qui souhaite acheter directement son vin chez le vigneron. Si vous voulez investir dans le vin au sens financier du terme, il est important d’opter pour les primeurs devenues incontournables. Le principe est très simple. Il suffit d’acquérir du vin dès aujourd’hui puis attendre deux ans pour le mettre en bouteilles. Ce type d’achat n’est profitable que si le prix du vin est 20 à 30% moins cher que la vente en bouteilles, car les prix supplémentaires sont très élevés. Faire appel à des sites spécialisés comme infosbar.com constitue une autre façon d’investir dans le vin. Ces sites vous permettront d’assurer une bonne gestion de votre cave comme un portefeuille de bouteilles. La deuxième forme d’investissement dans le vin est l’acquisition des parts de fonds dédiés aux grands crus.

En savoir plus

A lire également : Bien s’équiper pour la pratique du yoga

En effet, en fonction du vin que l’on souhaite acheter, il est possible de se constituer une cave qui est une opération à la portée de tout le monde. Il y a donc la possibilité d’acheter des parts de fonds d’investissement dédiés au vin. Ce système est inexistant en France. Il est très répandu en Grande-Bretagne. Vous pouvez investir ce fonds dans de grands crus avec un montant minimum d’investissement de 125 000 euros. La Bourgogne serait la région la plus adaptée à cet investissement car, elle détient la plus grande proportion de la production nationale. Une proportion de 10% est conservée en cash. Les frais de gestion s’élèvent à 2% par an. Si avoir une rentabilité dans le vin vous tient toujours à cœur, alors vous pouvez opter pour l’investissement dans une société cotée spécialisée dans la filière : c’est la troisième forme d’investissement. Il existe encore une autre forme : offrir des vignes à travers un groupement foncier viticole. Informez-vous de manière détaillée au sujet de ces deux dernières formes d’investissement dans le vin sur un site spécialisé.

Partager.