Tout savoir sur les huiles essentielles

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Lavande, eucalyptus, basilic, cyprès, niaouli, arbre à thé, citronnelle, citron, menthe poivrée … depuis la nuit des temps, les plantes sont utilisées à des fins alimentaires, mais aussi médicinales. Aujourd’hui encore, il n’est pas rare de recourir à ces dernières dans l’alimentation pour une cuisine saine et fleurie, mais aussi comme remèdes naturels. C’est le cas notamment des huiles essentielles naturelles qui améliorent notre santé. Gros plan sur des concentrés de bien-être. 

Que sont les huiles essentielles ? 

Employées en aromathérapie, les huiles essentielles sont également appelées essences végétales. Elles s’obtiennent en distillant toute ou partie d’une plante (par distillation à l’eau, distillation à la vapeur d’eau, hydrodiffusion, extraction au dioxyde de carbone hypercritique, percolation, extraction par pression notamment). Les différentes parties de la plante pouvant utilisées étant les fleurs, les pétales, les feuilles, la tige, la racine, les graines, la résine, les écorces de fruit ou encore la gomme. La composition des huiles essentielles est donc différente dépendamment de la partie de la plante dont elle est extraite, mais aussi de l’espèce. Dans tous les cas, les huiles essentielles forment un liquide non gras et liquide. Les huiles essentielles biologiques sont obtenues par distillation à la vapeur d’eau notamment. Dépendamment de la plante dont elle est issue, une huile essentielle aura des propriétés propres.

Quels usages des huiles essentielles ? 

Employées en aromathérapie, les huiles essentielles peuvent être administrées dépendamment des plantes dont elles sont extraites par voie orale, voie respiratoire (inhalation, olfaction, diffusion), voie rectale ou encore voie cutanée. Les huiles essentielles sont alors particulièrement utiles pour soigner les plaies, lutter contre les infections provoquées par les virus, les bactéries, les parasites ou encore les champignons. Elles permettent aussi de soulager une migraine, une toux, un trouble respiratoire, une mycose ou encore un trouble digestif : l’aromathérapeute peut alors prescrire une ou plusieurs huile(s) essentielle(s) selon la situation. En fait, chaque huile essentielle présente diverses propriétés et permet alors de soigner les petits maux du quotidien. Elles sont aussi efficaces pour accompagner naturellement des traitements médicamenteux lourds comme la radiothérapie par exemple afin d’atténuer les effets secondaires. Pour exemples, l’huile essentielle de thym permet de lutter contre infection, celle d’eucalyptus soutient les défenses immunitaires ou encore celle de lavande aspic pour soulager les piqûres d’insectes. 

Comment utiliser et conserver les huiles essentielles ?

Renfermant de puissants actifs, les huiles essentielles soulagent de nombreux maux. Mais voilà, ces extraits de plantes sont à manipuler avec soin. C’est pourquoi la première des choses est de s’en remettre à un aromathérapeute pour en connaître le mode d’administration, mais aussi la posologie par rapport aux maux. Ensuite, de façon générale, les huiles essentielles sont déconseillées aux enfants, aux femmes enceintes ou allaitantes, aux personnes asthmatiques ou épileptiques. Mieux vaut opter pour des formules d’huiles essentielles 100% pures et 100% naturelles. Et bien sûr, à l’image des produits cosmétiques maison, il convient d’adopter les bons gestes pour les conserver. Les huiles essentielles se conservent parfaitement de quelques mois à quelques années. Pour que le produit ne se détériore pas et reste utilisable, mieux vaut s’en référer au fabricant. Pour autant, les huiles essentielles doivent toutes être rangées hors de portée des enfants et des animaux, dans un lieu tenu à l’abri de la chaleur, de l’humidité et de la lumière. Mieux vaut aussi préférer un flacon opaque, le ranger la tête à l’endroit (le contact prolongé avec l’embout goutte à goutte peut endommager le flacon) et bien le reboucher après chaque utilisation. 

Partager.